banniere Cinematographe

Consulting

Mon activité de consulting est maintenant secondaire pour moi depuis que, en 2017, je suis devenu responsable de la Cinémathèque Centrale de l'Enseignement Public au sein de la Sorbonne Nouvelle (voir la page dédiée et celle du fonds). Je me positionne cependant toujours comme spécialiste des questions liées au patrimoine audiovisuelle dans la conituiné de ma recherche doctorale ce qui m'offre de multiples opportunités de valoriser le patrimoine cinématographque de dififérentes manières.

Par le passé, j'ai eu l'occasion d'effectuer des missions d'expertises pour des collectivités locales sur des fonds de films et d'appareils avant de ralentir cette activité depuis mon arrivée à la Sorbonne Nouvelle. Jusqu'en 2016 il pouvait s'agir, par exmple, d'un travail d'indexation documentaire de fonds d'archives de films comme, en 2015, pour le STAC de la Direction Générale de l'Aviation Civile qui dispose de plusieurs centaines de films déjà numérisés qu'il fallait identifier et décrire. J'offre aujourd'jui, la plupart du temps bénévolement, mon expertise aux autres au regard de mon expérience.

J'ai également brièvement exercé comme recherchiste, dans tous les genres de la fiction au documentaire pour rechercher des séquences dans les interfaces spécialisées comme INA Media pro. Aujourd'hui, j'essaye juste d'attirer bénévolement les profesionnels vers des fonds un peu moins connu ou faciels d'accès. Je cherche donc à développer une appétence pour eux dans la continuité de mes recherches.

J'ai la conviction que les collections privées (dont les collectionneurs de films dont je suis), les musées de cinéma ou les petites cinémathèques (y compris parfois publiques) regorgent de documents rares ou inédits à valoriser. La création de l'Atelier du 7ème Art s'incrit dans cette démarche avec son fonds.


 
Voir, ci dessus, cette étonnante séquence des actualités de l'armée américaine où l'actrice Carol Bruce "dîne virtuellement" avec les soldats au front (format 16mm).

Dans ce cadre, depuis 2015, j'ai enclenché pour mon fonds privée une collaboration avec l'Atelier des archives. Il permet de rendre vsisible certains contenus dont des publicités anciennes ou des docuemntaires très spécifiques.

En lien avec la programmation des films, j'ai également travaillé avec des festivals de cinéma et quelques salles à la programmation sortant des sentiers battus (le plus souvent en 35mm en lien avec le cinéma dit « Bis » ou fantastique). (voir la page dédiée)

 
Ci dessus, un extrait d'un "mondo" avec des "crocodiles fourbes" (format 35mm).

J'ai également pu effectuer quelques rédactions de contenus pédagogiques en ligne pour Europa Film Treasures (Lobster films) ou Family Movie (AD EBE netwoks) ou, par exemple, des textes pour une exposition temporaire sur les transmissions et la chanson en 14-18 pour le Musée du Son à Saint-Fargeau dans l'Yonne.


Ci dessus, le sympathique délégué militaire de l'Yonne participait de façon originale lors de l'inauguration en 2014 de l'exposition temporaire sur les transmissions en 14-18.

A l'instar de ce dernier cas, il peut également s'agir d'un travail de documentaliste et d'iconographe plus classique (quoi que...) sur des sujets non directement liés au cinéma.

 
Ci dessus, une publicité cinématographique du début des années 1960, par la célèbre marque de bonbons Kréma. Il s'agit d'un film dans la "saga" Alice : "Chasse à l'homme des neiges".

Je réalise des numérisations, spécialement en 16mm et 35mm ou servir d’intermédiaire pour d'autres formats plus rares (comme du 28mm ou 17,5mm) à travers ma collaboration avec Pascal Rigaud de l'Atelier du 7ème Art.

J'ai eu, par exemple, comme clients dans ce domaine le collectif C.P.P.F.F.J. (pour la sauvegarde des versions françaises des films fantastiques japonais), Oh My Gore, la Fédération Française de Rugby, le groupe Solvay, L'Atelier des archives, Elephant films, etc. ou des particuliers (y compris en Allemagne) et divers musées, comme pour le sujet du ski ci-dessous. Au total c'est plus de 1100 films (actualités, pubs, etc.) que j'ai numérisé dans ce cadre dont 600 qui sont externes à mes fonds.


Animations

Professionnellement, c'est à partir de 2009 que j'ai eu l'occasion d'effectuer une première conférence/projection thématique de bandes annonces même si je suis habitué depuis longtemps aux projections non commerciales de par mon activité d’enseignement en cinéma depuis 2000, dont on pourrait considérer qu'il s'agit d'une simple « extension ».

Souvent, contextualiser ces animations revient d'ailleurs à communiquer sur mon objet de recherche (ma thèse soutenue en 2009 sur Les collections privées de films de cinéma en support argentique en France, disponible via la page consulting).

A partir de 2012, c'est sous la bannière de l'Atelier du 7ème art que j'effectuais ces animations avant que mon activité se ralentisse dans ce domaine en 2017 du fait de ma nouvelle activité professionelle à Paris 3 et prenne le relais.

Outre ma participation annuelle aux journées européenens du patrimoine avec des visites.

J'ai eu l'occasion de proposer et d’animer des soirées de projections de bandes annonces ou de publicités anciennes, par exemple : à Rennes, à Château-Renard, Tousson, Tonnerre, Baraqueville, Orchies, Tonnerre, Paris, Moret-Loing-et-Orvanne, dans de petits villages comme Vielmanay ou, par contenus interposés, dans la région de Tours, Caen, Gerardmer, etc.

La collaboration avec le festival Patrimonial Paridisio aura également été un moment important.

Ces animations se sont faires en collaboration avec d'autres collectionneurs, comme Emmanuel Rossi. J'ai pu fournir gracieusement quelques contenus pour les nuits nanarland par exemple.

Une des collaborations récurrentes les plus marquantes dans ce cadre aura été ma collaboration avec Bruno Bouchard, aux éditions de 2010 à 2012 du festival La pellicule au tableau dont il a eu l'initiative et que j'avais effectué en 2015 au Vézelay.
Il s'agissait via un festival de films en 16mm de valoriser des fonds de films pédagogiques anciens comme ceux de la Cinémathèque du Musée Nivernais de l’Éducation de Nevers ou de l'Atelier du 7ème Art.

 
Ci dessus, l'édition 2012 de La Pellicule au tableau (les autres éditions sont visibles sur ma Web Tv Youtube ou le site A7art.fr)

Ci dessus, l'affiche de l'édition 2015 de La Pellicule au tableau

Il pouvait s'agir aussi de programmations sur une thématique précise pour des projections en 16mm pour des structures associatives, comme Cinépassion à Chavagnac-Lafayette sur les "Arts Foreztiers" en août 2015. Les thématiques disponibles sont nombreuses, de la ruralité à la biologie en passant par l'Histoire ... A partir de mai 2016, la collection de l'Atelier du 7ème Art est devenue plus autonome en matière de documentaires pédagoques anciens alors que, jusqu'à ce moment, elle était assez exclusivement axés sur le cinéma de fiction ; 450 titres supplémentaires, puis 2000 autres début 2017 qui portent avec d'autres acquisitions ce fonds à 7500 unitaires actuellement ce qui commence à compter.

Ces animations vont reprendre en 2023 sous la bannière de l'Atelier du 7ème Art pour le 16mm en partenariat principalement avec Tonnerre Culture

Je propose potenciellement encore une exposition d'affiches et de photographies d'exploitation sur le cinéma fantastique. Cette animation pourrait mettre ainsi en valeur un fonds de plus de 1200 affiches et 10000 photos d'exploitation de l'Atelier du 7ème Art, dont respectivement 800 affiches et 5000 photos sur ce thème. Elles proviennent d'un ancien projectioniste et exploitant des cinémas parisiens le Brady et le Barbès Palace. Cette collection unique, acquise à l’été 2010, couvre une programmation des années 1960 au début des années 1990.

De façon ponctuelle, il a pu s'agir pour moi d'accompagner la re-sortie commerciale d'un film dans le contexte du passage au cinéma numérique ou en lien avec une technologie comme la 3D.

J'ai aussi pu accompagner des conférences comme, par exemple, à Saint-Fargeau en 2013, à l'aide de films documentaires anciens en 16mm sur la Révolution française ou encore réaliser, fin 2014, des séances de culture par le film et de formation interne pour le Service technique de la DGAC via des films institutionnels et documentaires sur l’aviation (à l'image de celui sur les barrières d’arrêts, visible sur la page dédiée du site aux films d'archives sur l'aviation).

Cette activité est souvent aujourd'hui reprise par celle liée au fonds de la Cinémathèque Centrale de l'Enseignement Public dont la valorisation est ma première préoccuation avec une dizaine de rencontres ou projections par an.

J'ai également eu l'occasion d'effectuer des animations dans les maisons de retraite comme à Arpajon dans l’Essonne, comme le fait, sur le département de la Saône et Loire, l'association Ciné et mémoire. L'idée principale est d'utiliser le dispositif de la projection en 16mm et les petits films comme un stimulus cognitif pour les personnes atteintes de troubles de la mémoire ou comme stimulus cognitif.

Je collabore également gracieusement, en particlier depuis 2014, à des visites sur le cinéma, via la structure Ciné-balade et j'étudie avec sa fondatrice un développement possible de visites de collections (dans les collections de l'Atelier de 7ème Art) outres mes visites avec des partenaires associatifs comme, en 2015, le PIAF (Les professionels de l'Image et des archives de la Francophonie) à Vierzon ou de l'ALICC à l'INA sur le site de Saint-Rémy-l'Honoré ou encore dans la première collection mondiale, celle Le cinéma s'expose des frères Loubeau.

Avec le développement de l'Atelier de 7ème Art, je suis maintenant capable de proposer une exposition sur les appareils de cinéma des débuts du cinéma à l'arrivée de la vidéo.

Naturellement ces petites animations s’accompagnent également (en dehors du cadre privé) de projections bénévoles et non commerciales sur des sujets bien précis en lien avec mon engagement associatif ou amical comme, par exemple, une soirée La guerre à la guerre, au théâtre rural de la Closerie dans l'Yonne ou, au siège de l'Atelier du 7ème Art, en marge d'une assemblée générale d'Anciens Aérodromes avec une sensibilisation au patrimoine aéronautique par le film (à l'instar de la page dédiée du site).

Dans le cadre de mon engagement comme réserviste citoyen, je suis d'ailleurs disponible bénévolement pour des projections pour des unités militaires dans la limite de ce qu'il est possible de programmer du point de vue... des droits patrimoniaux... c'est à dire bien peu de choses depuis une certaine dérive marchande plus qu’ambiguë.


N'hésitez pas à me contacter
Frédéric Rolland